mardi 22 septembre 2009

Chronique alpine: 3 Miage... les débris du Malabar Princess et du Kanchenjunga!


Depuis le refuge Gonella, la descente qui permet de rejoindre la partie haute du glacier "noir" de Miage se déroule sur une portion vertigineuse composée de rochers délités (gare aux chutes de pierres!).
Les passages les plus exposés sont équipés de vieilles échelles métalliques un peu branlantes (les ancrages dans la roche auraient bien besoin d'être refaits...).
Il faut donc rester constamment vigilant pour ne pas faire un faux pas et savoir prendre son temps pour choisir les bons appuis.



Cette descente un peu acrobatique permet d'apprécier tous les détails des glaciers environnants: glaciers du Dôme, du Mont-Blanc, des Dômes de Miage, de Bionnassay... Crevassés à souhait, ils laissent deviner la formidable puissance de toute ces masses de glace dure qui rabotent les pans de granite du massif du Mont-Blanc.



Dans le parcours du glacier "noir" de Miage, une multitude de débris (tissus, lambeaux de couvertures, pièces métalliques, bouts de chaussures et même un tibia humain...) tapissent par endroit la surface du glacier. Certains débris métalliques en partie prisonniers de la glace sont imposants: on trouve même des bouts d'empennage de plusieurs mètres de long!
Après être restés une soixantaine d'années dans les profondeurs des glaciers du Mont-Blanc, les morceaux du Constellation et du Boeing d'Air India n'en finissent toujours pas de remonter à la surface!




Comme d'autres alpinistes qui parcourent ce grand glacier, j'ai ramené avec moi un bout d'avion (est-ce une pièce du Malabar Princess ou du Kanch, je ne saurai le dire). Mais, j'ai également pris mon temps pour "taper le cailloux" et ramener quelques beaux cristaux!

4 commentaires:

xtine a dit…

As tu besoin de matériel specialisé (d'alpinisme) pour ce niveau de rando? Je cherche éventuellement un genre de club alpin pour m'initier à la haute montagne...

camox a dit…

Oui, il te faut bien sûr un équipement adapté (baudrier, corde, dégaines, broches, piolet, crampons...). Mais, le plus important reste d'apprendre les bases afin de pouvoir évoluer avec un minimum de risques sur ce type de terrain (c'est l'expérience qui vient avec le temps!).

Babzy a dit…

Merci pout ta visite et ton commentaire :) J'admire l'alpiniste et la très jolie pierre que tu as ramené!

fouchepate a dit…

j'ai assisté cet été à une conférence film suivi d'un débat animé par Daniel Roche, ce lyonnais qui arpente le Mont Blanc à la recherche de vestiges des deux crashs aériens (http://www.aujourdhuilinde.com/actualites-inde-daniel-roche-sur-les-traces-du-malabar-princess-en-inde-3270.asp?1=1) et il en avait trouvé des objets!