mercredi 21 décembre 2011

Présentation raquettes INOOK ODYSSEY



Avant les résultats des tests des raquettes Inook Odyssey et Freestep, voici une petite présentation du modèle Odyssey.

C'est aussi l'occasion de vous informer de la mise en ligne de la chaîne TV Inalpes.com sur YouTUBE.

lundi 12 décembre 2011

Raquettes Inook Freestep et Odyssey, les prochains tests

La fin de cette année et le début 2012 s'annoncent chargés avec de nombreux tests à effectuer pendant la toute période hivernale.

Au niveau raquettes à neige, deux nouveaux tests ont d'ores et déjà débuté avec la marque INOOK:


Vous aurez donc la possibilité de retrouver les résultats des essais des modèles FREESTEP et ODYSSEY vers la fin du mois de janvier prochain!





 

 



jeudi 24 novembre 2011

Les Alpes en manque de neige!

A quelques semaines de Noël (et des vacances), les chutes de neige se font toujours attendre sur les Alpes du nord. 
Comme le montre les prévisions de Météosuisse  http://www.meteosuisse.admin.ch/web/fr/meteo/situation_generale.html , la situation actuelle ne devrait que peu évoluer durant la prochaine semaine, et à défaut de sortir les skis et les raquettes, la rando ( à pied ou en VTT) reste toujours d'actualité.
Quelle curieuse période: les Dents du Midi qui culminent pourtant à plus de 3000 m d'altitude (3257 m exactement avec la Haute-Cime) sont à peine "blanches". Il n'y a qu'une petite couche de neige que l'on distingue au niveau du col des Paresseux!
Les alpages bien que l'herbe soit brûlée par les basses températures nocturnes sont couvert ici et là de fleurs printanières. La nature a-t-elle perdu la tête?

 Les deux versants du col de Cou (Chablais savoyard et Chablais valaisan), présentent le même visage, c'est à dire des alpages et des sommets sans un centimètre de neige!


Il faut souhaiter que cette situation ne soit que momentané et ne dure pas toute la saison, sinon nous devrons peut-être nous habituer à vivre des hivers moins blancs qu'auparavant...
 



lundi 14 novembre 2011

Tour du Mont-Blanc en novembre

A l'heure actuelle, l'Envers du Mont-Blanc est tellement sec de neige, que je me suis décidé à faire une petite virée dans le val Ferret pour effectuer la liaison entre le refuge Bonatti et le refuge Elena.
C'est vrai, que j'affectionne particulièrement cette partie du TMB, car le parcours panoramique entre Entrèves et le Grand col Ferret est de toute beauté!

Bien que les refuges soient fermés à cette époque de l'année, je suis surpris de rencontrer un peu de monde sur cet itinéraire. Sur cette portion, le sentier en balcon permet d'admirer la partie italienne du Mont-Blanc dans ces moindres recoins. 


Mais, c'est le bassin versant du glacier de Frébouges qui attire toute mon attention, car il reste encore de nos jours, l'endroit le plus sauvage et le plus intacte de tout le massif.


vendredi 28 octobre 2011

Ortovox Haute Route 35, le prochain test du Camox

Vivement que la neige arrive, car je me réjouis à l'avance de pouvoir tester le modèle Haute Route 35 de la marque Ortovox.

 Le sac semble bourré d'astuces pour un rangement efficace du matériel de rando hivernale. Cependant, c'est à l'usage que je pourrai me rendre vraiment compte des possibilités de ce sac...




Comme toujours sur ce blog, ce ne sera qu'après une longue période de tests dans des situations diverses et variées que le résultat sera mis en ligne ici.

Je vous donne donc rendez-vous entre fin janvier et mi-février pour prendre connaissance de ce test!

dimanche 9 octobre 2011

Tecnica Trek Pro GTX Ms, le test

Dans le choix d'une chaussure de rando tige haute, avant toute chose, je suis d'abord à la recherche d'une chaussure qui soit polyvalente, c'est à dire avec laquelle je me sente à l'aise sur différents types de terrains (herbeux, pierreux, rocailleux, sableux...).
Bien entendu, le confort, la légèreté (une bonne chaussure n'est pas obligatoirement une chaussure lourde et encombrante), l'accroche, le maintien et l'imperméabilité font aussi partie des critères auxquels j'attache de l'importance.


Les conditions du test: Quelques unes sont visibles sur les posts précédents (sauf Tracuit bien entendu), et les terrains parcourus ont été relativement variés, mais quand même plus rocailleux qu'herbeux!

Au final, je n'ai eu aucun problème que cela soit niveau de la marche où au niveau du confort du pied. 
A l'intérieur de la chaussure, les points de pression, les zones de friction et les coutures ne se font pas sentir, d'où des randos très confortables.

Les renforts frontaux et latéraux (pare-pierre en caoutchouc) protègent efficacement la chaussure (pas de coupures) et le pied (orteils, malléoles).
Seul petit bémol, la semelle manque quand même de rigidité ce qui fait que le maintien latéral (surtout lors de passages en dévers hors sentiers) n'est pas assez performant.


 

Confort pendant la marche: 4/5
Confort interne (malléoles, orteils, dessus du pied): 4/5
Laçage (ajustement de la chaussure // pied): 3/5
Accroche (adhérence): 4/5
Rigidité de la semelle: 3/5
Amorti: 5/5
Maintien latéral (passage en dévers): 3/5
Protection (évolution en terrain de type pierrier): 4/5
Imperméabilité: 4/5
Poids (légèreté): 5/5 

Prix: 148 Euros


Les Points fort: Légèreté
                      Confort
                      Amorti
                      Prix

Le Point faible: Manque de rigidité (adhérence en dévers)



dimanche 25 septembre 2011

Bishorn par Tracuit

La météo estivale de ce début d'automne 2011, m'a offert l'occasion de faire un rapide aller-retour jusqu'au sommet du Bishorn (4156 m).

Au départ de Zinal, il d'abord "se taper" la longue et harassante montée qui conduit à la vieille et insalubre cabane de Tracuit (CAS 3256 m).
La première partie de cette "bavante" (jusqu'au Roc de la Vache) est particulièrement insipide! Ce n'est que dans la seconde portion du parcours que les grands 4000 de la couronne impériale se dévoilent enfin (Weisshorn, Besso, Gd Cornier, Dent  Blanche, ZinalRothorn..)




 La vieille cabane devrait être remplacée par une nouvelle construction (plus écologique, plus confortable) pour la saison estivale 2013. voir ici:


Comme pour chaque course en altitude, c'est à la lueur de la lampe frontale qu'il faut chercher le meilleur passage sur la partie médiane du glacier. Depuis quelques années, le bouleversement climatique associé à certains hivers pauvres en neige ont transformé cette partie du parcours en un gymkhana assez dangereux.


La partie finale de l'ascension (assez raide mais très peu crevassée) permet de découvrir toute la beauté des grands 4000 valaisans!
La descente ne pose aucun problème, si ce n'est d'avoir à refaire un gymkhana assez long entre les crevasses avant de regagner Tracuit. Le reste (le retour à Zinal) n'est plus qu'une affaire de "bonnes jambes" (4156 m jusqu'à 1675 m, ça fait quand même 2481 m de dénivellation négative).

jeudi 15 septembre 2011

Bisses de Niwärch et Gorperi

Ces deux bisses (petits canaux d'irrigation) outre le fait qu'ils alimentent en eau glacière les villages d'Ausserberg et d'Eggerberg, ont cette particularité unique d'avoir été bâtis directement dans le flanc de la montagne.
Leur parcours ne présente aucune difficulté technique, si ce n'est celle de ne pas avoir le vertige!

Les 500 premiers mètres du Niwärch (parcours aérien avec un risque important de chutes de rochers) peuvent être éviter en passant par une galerie creusée dans la montagne (la lampe frontale est obligatoire dans ce cas).


D'une longueur de 14 km, le Niwärch a été construit au XIVe siècle. Durant l'été 1914, un énorme éboulement le détruisit en grande partie. L'armée fut alors chargée de le remettre en état, d'où les nombreuses nouvelles galeries que l'on voit ici et là.



La boucle depuis Ausserberg se fait généralement en 5 heures de temps dans un paysage de toute beauté (ce versant est tellement aride que l'on pourrait se croire dans les montagnes corses).

*L'ouvrage "Vallées suisses inconnues" aux éditions Silva (Zürich) permet d'en apprendre beaucoup plus sur cette superbe région.

mercredi 14 septembre 2011

Niwärch Gorperi

Niwärch, Gorperi, Ausserberg, Baltschiedertal... sous ces noms ce cache une des vallées inconnues du Haut-Valais.

Pour accéder à cette vallée oubliée, il faut d'abord rejoindre Rarogne, puis le village perché d'Ausserberg sur le versant ensoleillé de la vallée du Rhône.

Et, ici, tout est encore authentique: les vieux chalets de bois avec leur impressionnante toiture en lauzes, les éleveurs de la fameuse race de moutons à "nez noirs" du Haut-Valais, les "tèches" de bois sec rangées à l'équerre!

Bref, c'est une superbe vallée d'altitude où les habitants du lieu n'ont pas perdu leurs racines montagnardes.

Bien que je sois sensible à tout cela, avant tout ce qui m'attire ici, c'est qu'Ausserberg est le point de départ des fameux bisses du Nirwärch et du Gorperi!

Imaginez un bisse vieux de 600 ans qui permet d'amener directement l'eau des glaciers par un parcours spectaculaire dans le rocher jusqu'au bas de la vallée pour l'irrigation! De quoi en prendre plein les yeux avec quelques bonnes montées d'adrénaline en traversant plusieurs passages vertigineux!

lundi 29 août 2011

Mont Fourchon

L'hiver, au départ de l'Hospice du Gd-St-Bernard, c'est "la" destination de tous ceux qui veulent prendre un grand bol d'air sur le versant italien du col. L'été, par contre, l'affluence y est bien moindre ce qui fait qu'il est facile de rejoindre le sommet (2902 m) en ne croisant que quelques randonneurs ici ou là.

 Depuis l'Hospice, la perspective est trompeuse: en effet, le Pain de Sucre  semble être bien plus haut que le Fourchon, alors qu'ils culminent tous les deux à la même altitude.



Ce qui rend le Fourchon attirant en toutes saisons, c'est que durant l'intégralité de l'ascension le panorama s'ouvre sur une foule de sommets différents. Ici, les Monts Telliers et la Tsavre.

 Là, le massif des Combins et le Mont Vélan.

Plus loin, le massif valdôtain du Grand-Paradis (on distingue très bien la face nord du Ciarforon).

Côté suisse, le Dolent et la Tour Noire.


Puis, le Grand Golliat et ses fameux couloirs. Le petit glacier des Angroniettes, victime du bouleversement climatique à beaucoup diminué, car il n'en reste pas grand chose.








Et, cerise sur le gâteau: l'Envers du Mont-Blanc avec le Mont-Blanc de Courmayeur et les Jorasses (col des Hirondelles et arête des Hirondelles).