lundi 29 octobre 2018

Suisse Alpine 2020, l'appli Montagne OnLine du CAS qui atteint les sommets!


Suisse Alpine 2020, le portail digital de courses (multi-disciplines) élaborés par le Club Alpin Suisse, est en ligne. 

Encore un de plus, me direz-vous! Et bien, non, car Suisse Alpine 2020 s'inscrit  d'abord et avant tout dans la finesse de la qualité du détail qui fait la grande renommée des topos-guides édités par le CAS www.sac-cas.ch .

Disponible en plusieurs langues, clair, lisible et facile d'utilisation, intégrant de multiples fonctionnalités, ce nouveau portail de géo-données alpines fourmille d'informations précises dans les disciplines suivantes: alpinisme-randonnée-ski alpinisme-rando raquettes-escalade.


Les parcours décris et numérisés avec précision sur la base des fonds cartographiques de Swisstopo, sont géo-localisés sur l'ensemble de la Suisse ainsi que sur les massifs frontaliers voisins, c'est dire si les quelques 10000 itinéraires qui sont mis en ligne satisferont la communauté des adeptes de la montagne!



Chaque itinéraire, a pour particularité d'être illustré par des photos récentes (sommet, point de départ, point de passage, point d'arrivée) et par un tracé GPS.

Le business model sélectionné par le CAS, est basé sur un abonnement  annuel (membre du CAS ou non-membre). 

Cette app online à destination des fanas des activités outdoor, va très vite devenir incontournable en se positionnant comme le meilleur portail de références pour la pratique de la montagne dans les Alpes suisses.
Suisse Alpine 2020

Source: photos Club Alpin Suisse et Didier Cassany.






mardi 16 octobre 2018

Féerie automnale en val d'Aoste!

 
L'Automne en montagne et plus particulièrement dans le val d'Aoste, c'est le moment où les mélèzes sont en feu!
C'est aussi la meilleure période pour randonner sur le #TMB, entre les refuges #Bertone, #Bonatti et #Elena, sans croiser presque personne. 


La partie la plus somptueuse du très réputé Tour du Mont-Blanc (TMB), est à mon avis, celle qui s'étire par une longue enfilade entre le col de la Seigne (frontière Savoie-val d'Aoste) et le Grand col Ferret (frontière entre le val d'Aoste et le Valais). 
Spectaculaire, authentique, toute cette partie de l'Envers du Mont-Blanc peut se parcourir sans difficultés jusqu'aux premières chutes de neige.




Dans cet espace de temps très court (entre la fin de la saison du TMB et l'arrivée de la neige), le sentier d'altitude qui file entre les trois refuges permet  également de se rendre compte du niveau important du recul des glaciers! La montagne, milieu vivant qui bouge et se transforme perpétuellement risquerait alors de voir la nature et son capital de beauté prendre une forme radicalement différente!



samedi 28 juillet 2018

Réflexions sur le balisage!

Le "balisage", serait-il la promesse d'une randonnée réussie? Pas si sûr...




Un trop-plein de balises, de panneaux et d'indications peut dans certains cas, "tuer" l'esprit de l'itinérance en pleine nature, et même semer le doute en ce qui concerne la direction à suivre.
Adepte d'un balisage minimaliste, je milite pour que les panneaux indicateurs soient bien moins nombreux, car l'esprit même de la randonnée (l'esprit de liberté) n'est en rien comparable avec "l'autoroute des vacances" où tout est fait pour bien canaliser le touriste, en veillant à ce qu'il ne perde pas de temps et ne se perde pas (mais, cela, c'est une autre histoire).

A mon avis, trop de balisage, tue le balisage!

Voici 3 exemples de balisage dans 3 différents pays. Suisse, Italie, France.

Tout d'abord l'exemple suisse, avec une signalétique métallique uniformisée, idéalement positionnée, sur laquelle s'inscrivent les infos nécessaires (rien de superflu).






L'exemple italien: il y a de tout, un peu de n'importe comment, un peu de n'importe quoi, avec un positionnement sur le terrain quelque peu aléatoire. 
Cela peut apporter confusion et mauvais choix dans la direction à prendre, surtout si l'on est pas un adepte de la carte et l'altimètre!






L'exemple français. Balisage bien uniformisé, même si il peut rester encore ça et là, une vieille signalétique d'un autre âge. Cependant, et à mon avis, le choix du support bois-résine fait que ces panneaux ont tendance à mal vieillir sous la violence des éléments (neige, pluie, vent).




jeudi 3 mai 2018

Test TSL Symbioz HIKER


Avec la Symbioz HIKER, la marque TSL reprend toutes les recettes qui ont fait le succès de la gamme Symbioz! Pour évaluer au plus près ce modèle, j'ai effectué une campagne de tests sur l'intégralité de la saison d'Hiver 2017/2018 (Haute-Savoie, Bas-Valais et Haut-Valais, val d'Aoste), soit une bonne cinquantaine de sorties en altitude à la journée avec des quantités de poudreuse assez ahurissantes (voir ici).


Côté technique, la HIKER reprend le design du tamis du modèle ELITE: forme "taille de guêpe", disposition des crampons (8 crampons interchangeables) et des lames verticales, griffe avant, cale de montée, réglage à mémoire des fixations (sangles à l'avant, cliquet à l'arrière avec Strap de confort bi-matière). La différence entre ces deux modèles n'apparaît qu'au niveau des renforts latéraux: ils sont en composite thermoplastique sur la HIKER alors que sur le modèle ELITE, ils sont en carbone.
Le modèle HIKER est disponible en trois tailles: S, M, L.


Qualité de fabrication:  5/5
Poids des raquettes:     5/5
Portance ou flottaison en neige poudreuse: 5/5
Déjaugeage (se dégager de la poudreuse à chaque pas): 4/5
Tenue du pied, rigidité, stabilité:  4/5
Accroche frontale: 5/5
Accroche latérale (dévers): 4/5
Facilité de progression sur pente relevée: 5/5
Réglage des fixations: 5/5+
Confort de la marche: 5/5

Prix public: entre 180 et 220 euro 



Sur le terrain: la Réactivité reste encore et toujours le maître-mot qui caractérise le mieux les modèles SYMBIOZ!
Le réglage des fixations bi-matière, fait que sur ce modèle, le chaussage n'est plus qu'une simple formalité (les galères pour mettre ou enlever les raquettes ne sont plus qu'un mauvais souvenir).
Le "Grip", l'accroche sur neige dure reste excellente.
Le confort de la marche (déroulé du pied) reste naturel. L'effet de "progression saccadée" disparaît totalement.
Le déjaugeage reste optimal même si j'ai une nette préférence pour le modèle ELITE qui dispose de renforts latéraux en carbone (raquette plus dynamique).




jeudi 12 avril 2018

Test veste SIMOND Hybrid Man


Développée et commercialisée par la marque SIMOND, j'ai testé cette veste sur le terrain en conditions hivernales (raquettes et skis peaux de phoque avec deux courses engagées en altitude >3400m en Valais, sous une température inférieure à -16°C) depuis Décembre 2017.

Cette veste Hybrid composée de différentes matières (ouate/ softshell stretch/ polaire) s'est avérée être bien supérieure (confort, chaleur, légèreté, technicité, look épuré) à ce que je pouvais en attendre! Alors, pourquoi acheter plus cher?


Et, cette veste je ne l'ai vraiment pas ménagé: roulée en boule au fond du sac, portée avec des chutes de neige sur plusieurs heures, portée avec du vent violent en altitude sans oublier les températures très basses du mois de Janvier dernier! Bref, le test complet en toutes conditions sur la durée.

Les données du fabriquant:
Doublure : 100.0% Polyamide Tissu principal : 100.0% Polyamide Garnissage : 100.0% Polyester Tissu extérieur : 80.0% Polyester, Tissu extérieur : 20.0% Polyurethane Empiècement : 94.0% Polyester, Empiècement : 6.0% Elasthane Capuche : 79.0% Polyester, Capuche : 17.0% Polyurethane, Capuche : 4.0% Aluminium

Prix de vente: 60 Euro -veste vendue avec une poche de rangement et une garantie de 2 ans.



LE BILAN DE CE TEST:
- D'abord et avant tout, j'ai beaucoup apprécié la protection du visage (cache nez) qui permet de se protéger lors des parcours de crêtes surtout quand le vent souffle en rafales. Facile à mettre (pas besoin d'enlever la veste, elle est parfaitement intégrée à la capuche)  cet accessoire n'est donc pas un simple gadget marketing!
- La fermeture à double curseur sur le zip central fonctionne sans à coups même par grands froids.
- La respirabilité est bonne. Je n'ai pas connu de problème de condensation.
- La thermicité est correcte durant les montées. Pour les descentes, j'ai systématiquement doublé la veste par une doudoune légère pour plus de confort thermique.
- Le poids reste faible pour une veste de cette catégorie.
- Bonne liberté de mouvement, la forme de la veste colle bien au corps même en mouvement.




LES PLUS: Le prix, la garantie, la technicité, le confort.

LES MOINS: La poche intérieure n'est pas assez grande (ça manque de place).








lundi 9 avril 2018

Bistinenpass, le col du vent!


Le col de la Bistine (Bistinenpass) situé à 2417m d'altitude, c'est souvent, voir presque systématiquement le col du vent! Mais pas celui d'un petit vent, d'un vent tranquille, mais bien plutôt celui d'un vent glacial, rude et qui souffle en rafales. Bref, de quoi mettre à rude épreuve le bonhomme et son équipement...

Pour y aller, rien de plus facile: 

Direction le Simplon (Haut-Valais), avec camp de base à l' Hospice du même nom. Et, comme le col du Simplon à la particularité d'être souvent pris par le brouillard, il faudra donc savoir choisir la bonne période.




Au départ de l'Hospice, il faut rejoindre le hameau d'Hopsche avec ses chalets typiques, puis par une traversée ascendante (en dévers), monter à vue en direction du col.
Idéalement situé entre le Staffelgrat et le Magehorn, le Bistinen reste le point de passage obligé pour le randonneur qui (pendant la saison estivale) veut rejoindre la vallée de Saas par le Gebidumpass!


lundi 19 février 2018

Patrouille des Glaciers 2018



La course-phare du ski-alpinisme en Suisse se déroulera du 17 Avril 2018 au 21 Avril 2018! Organisée et supervisée tous les deux ans par l'armée suisse, cette course est d'abord destinée aux équipes militaires de différents pays, viennent ensuite les équipes civiles. 



Deux parcours sont au programme pour les patrouilles constituées de 3 équipiers:

1- Zermatt-Verbier, c'est le parcours le plus dur, le plus long, le plus exigeant mais également le plus réputé et le plus prestigieux!
Zermatt-Verbier c'est un parcours de 53 km (110 km-effort) avec une dénivellation de +3994m et -4090m!

2- Arolla-Verbier, moins dur, moins long, ce parcours n'en reste pas moins très difficile!
Arolla-Verbier c'est un parcours de 26 km (53 km-effort) avec une dénivellation de +1881m et -2341m!


1700 patrouilles environ sont attendus sur les deux parcours. Les temps forts de cette course de prestige seront les départs de nuit à la frontale à Zermatt, et les arrivées au petit matin dans la station de Verbier! Du grand spectacle en perspective!






lundi 5 février 2018

Hiver 2017/2018, vent, froid et importantes chutes de neige!

Après plusieurs Hivers pauvres en neige et anormalement doux, voilà que l'Hiver 2017/2018 est en passe de battre bien des records!

Qu'on se le dise, le vent, le froid et la neige sont enfin de retour.
Pour preuve les importantes chutes de neige qui sont venues "plâtrer" les cols alpins, comme ici, au Grand-Saint-Bernard (2473m) où les deux versants (suisse et italien) de ce col d'altitude sont noyés sous une bonne couche de neige.


Depuis le début de cette saison, le Gd-St-Bernard affiche (au 5 Février) un total cumulé de 9,07m de neige, alors qu'à la même époque (Hiver 2016/2017), le total cumulé des mesures journalières n'affichait qu'un "petit" 5,51m!


La fréquence des dépressions hivernales qui s'accumulent depuis Décembre 2017, fait que les massifs d'altitude sont recouverts d'une très importante couche de neige, un point positif pour les passionnés de skis et de raquettes, mais négatif en ce qui concerne le danger d'avalanche.



L'albergo Italia, le restaurant du Mont Joux et la douane suisse, montrent à quel point l'enneigement est important!