lundi 29 août 2011

Mont Fourchon

L'hiver, au départ de l'Hospice du Gd-St-Bernard, c'est "la" destination de tous ceux qui veulent prendre un grand bol d'air sur le versant italien du col. L'été, par contre, l'affluence y est bien moindre ce qui fait qu'il est facile de rejoindre le sommet (2902 m) en ne croisant que quelques randonneurs ici ou là.

 Depuis l'Hospice, la perspective est trompeuse: en effet, le Pain de Sucre  semble être bien plus haut que le Fourchon, alors qu'ils culminent tous les deux à la même altitude.



Ce qui rend le Fourchon attirant en toutes saisons, c'est que durant l'intégralité de l'ascension le panorama s'ouvre sur une foule de sommets différents. Ici, les Monts Telliers et la Tsavre.

 Là, le massif des Combins et le Mont Vélan.

Plus loin, le massif valdôtain du Grand-Paradis (on distingue très bien la face nord du Ciarforon).

Côté suisse, le Dolent et la Tour Noire.


Puis, le Grand Golliat et ses fameux couloirs. Le petit glacier des Angroniettes, victime du bouleversement climatique à beaucoup diminué, car il n'en reste pas grand chose.








Et, cerise sur le gâteau: l'Envers du Mont-Blanc avec le Mont-Blanc de Courmayeur et les Jorasses (col des Hirondelles et arête des Hirondelles).

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour ce descriptif et les belles photos. J'ai pu enfin mettre des noms sur certaines montagnes que j'ai découvertes lors d'un week-end au Gnd St Bernard M.Sylvie

CAMOX a dit…

Nous aurions pu nous y croiser puisque les photos datent du w-e dernier. J'aime bien faire le Fourchon durant l'hiver, mais j'ai un petit faible pour la saison estivale, lorsqu'il est possible de rejoindre ce sommet en suivant la longue arête terminale.
Bonne marche, Didier